Skip to content

Accueil > Recherche > Défense de la France, défense européenne et coopération transatlantique > John Negroponte au centre du nouveau dispositif des renseignements (...)

John Negroponte au centre du nouveau dispositif des renseignements américains

mardi 1er mars 2005

Parcours et profil du nouveau patron du renseignement américain.

La Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, dite commission du 11 septembre, soulignait dans son rapport [1]des incohérences et des lacunes dans l’organisation du système de renseignements américain, ainsi que des propositions pour les corriger. L’une d’elles consistait à remplacer le Directeur Central du renseignement -Director of Central Intelligence (DCI) [2] - par un Directeur National du renseignement -National Intelligence Director (NID) [3] - aux missions redéfinies et à l’autorité accrue.

Cette proposition a été retenue par le Président Bush qui a nommé le 17 février dernier John D. Negroponte au poste de NID [4]. Les deux principaux domaines de responsabilités du nouveau DNI sont donc la surveillance des centres nationaux de renseignements sur des sujets particuliers et susceptibles d’intéresser le gouvernement américain ainsi que de diriger le programme national de renseignements et de surveiller les agences qui y contribuent en veillant à ce que les informations circulent correctement.

Cette mesure de rationalisation, qui ne modifie pas fondamentalement le système existant, crée, en fait, une autorité supérieure à toutes les autres dans le domaine du renseignement : désormais, ce sont bien les 15 agences membres de la communauté américaine du renseignement [5] qui sont sous la domination hiérarchique du NID.

Cette réforme suscite pourtant un certain nombre de controverses, liées d’une part à la personne choisie pour occuper le poste de DNI, et d’autre part à la remise en cause du rôle prépondérant du Département de la Défense (DoD) en ce qui concerne le renseignement.

John D. Negroponte a démarré sa carrière diplomatique dans les années 60. Entre 1971 et 1973, il était en charge du Vietnam au Conseil de sécurité nationale - National Security Council - sous les ordres d’Henry Kissinger. Par la suite il a occupé des postes aux responsabilités toujours plus importantes, parmi lesquels la direction des services de renseignements américains au Mexique qui visaient alors à soutenir la guerre menée par le gouvernement contre les opposants Zapatistes du Chiapas [6]. Il fut nommé en 2001 par Georges W. Bush ambassadeur des États-Unis à l’ONU. En avril 2004, il est nommé ambassadeur des États-Unis en Irak, il se trouve alors à la tête de la plus importante mission diplomatique du monde (900 personnes). A la suite de cela, il devient le nouveau NID .
Les « états de services » de M. Negroponte, très respectable de prime abord, ont pourtant été sujets à de nombreuses polémiques et ce, surtout, du fait du rôle qu’il joua au Honduras lorsqu’il y fut ambassadeur, entre 1981 et 1985.
En effet, au cours de ces années, le gouvernement Sandiniste du Nicaragua voisin, fut combattu par les « contras », formés au Honduras et financés par les États-Unis [7]. En outre, une unité spéciale de renseignements des forces armées du Honduras, le bataillon 316 (plus connu sous le nom « d’escadron de la mort »), entraîné par la CIA et les militaires argentins, ont kidnappé, torturés et tués des centaines de personnes.

La question soulevée par cette nomination consistait à savoir si M. Negroponte était au courant, et ce qu’il avait fait pour empêcher les « escadrons de la mort » de sévir.
Officiellement, elle ne fut jamais abordée, et la réputation de M.Negroponte est sans tâche.

Les oppositions à cette refonte du système de renseignements ne se cristallisent pas uniquement autour de la personnalité de son nouveau chef, mais bien aussi sur ses attributions, qui défont le Pentagone de sa suprématie [8] dans ce domaine.
Le National Security Act de 1947 concernant la poursuite d’activités de renseignements n’a pas vu sa structure modifiée, mais les différentes agences doivent désormais rendre compte à une instance supérieure, le NID.
Il s’agit donc d’un désaveu pour le Pentagone, auparavant en charge de ces questions par l’intermédiaire du DCI.

Pourtant, la collaboration entre le Pentagone et le NID a été présentée comme vitale pour le bon fonctionnement futur des services de renseignements américains. Il est donc à espérer que le surnom de « diplomate diplomate » donné à M. Negroponte ne soit pas usurpé, sans quoi la structure américaine des services de renseignements pourrait connaître de nouvelles difficultés.

Notes

[2En effet, le DCI disposait de 3 fonctions, celle de direction de la CIA, d’administration des diverses agences de renseignement - sans réel lien entre elles - et enfin de conseiller principal du Président sur les questions de renseignements. Pourtant les prérogatives du DCI n’incluaient pas des domaines au demeurant déterminant tels que l’affectation des fonds, la capacité d’embaucher ou de renvoyer des directeurs d’agences ou encore de créer des standards en termes d’échanges d’informations entre les structures et les personnels.

[3La validation de cette nomination est conditionnée à l’accord donné - ou non - par le comité du renseignement du Sénat américain après audition du NID. La date de cette audition n’a pas encore été fixée, elle aura lieu lorsque J.D.Negroponte reviendra d’Irak, où il est retourné en tant qu’ambassadeur des États-Unis, jusqu’à la nomination de son successeur.

[4Il est à noter que J.D. Negroponte quitta la carrière diplomatique entre 1997 et 2001, période au cours de laquelle il fut engagé par la Compagnie McGraw Hill. Il a aussi occupé différents postes à la Maison-Blanche ainsi qu’au Département d’Etat.

[5Cette communauté du renseignement inclue : les services de renseignements de l’armée, de la marine - Navy - de l’armée de l’air et du corps des Marines ; la CIA ; le renseignement des Gardes-Côtes ; l’Agence de renseignements de la Défense - Defense Intelligence Agency ; les unités de renseignements des départements de l’Energie, de la Sécurité intérieure - Homeland Security, d’Etat, et du Trésor ; le FBI ; l’Agence nationale de renseignements géospatiaux - National Geospatial-Intelligence Agency ; l’Office national de reconnaissance et l’Agence de sécurité nationale - National Security Agency. Pour plus d’informations, http://usinfo.state.gov/mena/Archive/2005/Feb/17-172501.html

[7La base aérienne d’El Aguacate au Honduras, construite sous la direction de J.D. Negroponte, aurait servi de centre de détention et de torture.

[8Pour plus de renseignements sur le sujet, voir l’étude du Congress Research Service du 21 décembre 2004 : http://www.fas.org/irp/crs/RL32515.pdf