Skip to content

Accueil > Recherche > Asie et zone pacifique > La poursuite de la montée en puissance de l’Inde

La poursuite de la montée en puissance de l’Inde

vendredi 11 mars 2005, par Joseph Henrotin

État des lieux technologique et militaire de l’autre géant stratégique d’Asie.

L’Inde poursuit actuellement la montée en puissance de ses forces armées. L’emphase mise sur la technologisation de ses forces passe ainsi par l’utilisation plus poussée de la simulation et de l’usage de drones mais aussi par le développement et l’acquisition de nouveaux matériels et ce, dans tous les secteurs de sa défense. On a ainsi beaucoup parlé du rachat à la Russie du porte-aéronefs Gorshkov dont le bimensuel Combat Aircraft révélait dans son édition de novembre la nouvelle configuration, de même qu’il confirmait l’acquisition de Mig-29K. Le bâtiment, racheté pour 1,6 milliards de Dollars le 20 janvier 2004 (et qui devrait entrer en service en 2008) dispose toutefois de peu de place dans son hangar : il ne serait capable d’emporter que 16 Mig-29 et 4 hélicoptères Ka-31. Par ailleurs, l’Inde confirmait qu’elle entendait disposer de trois Air Defense Ships à partir de 2010. Bâtiments de 37.000 tonnes, ils devraient permettre chacun le lancement de 20 appareils, dont des Light Combat Aircraft (LCA) navalisés et construits localement. Ils pourraient également être dotés de Mig-29, dont certains observateurs estiment que l’Inde pourrait en acheter 100 exemplaires.

Delhi fait cependant face à des difficultés financières, de même que technologiques. Le développement du LCA - qui doit, à terme, remplacer la pléthorique force de Mig-21 indiens à raison de 225 exemplaires (d’un coût estimé à 5 millions de Dollars/pièce) - a ainsi été entaché de retards et de surcoûts, notamment dus à l’embargo américain qui avait touché l’Inde et le Pakistan au terme de leurs échanges d’essais nucléaires de 1998 mais aussi de problèmes dans le développement du moteur de l’appareil, le Kaveri. En conséquence, un programme majeur de modernisation de 125 Mig-21 avait du être lancé en urgence. Signalons également la bonne réputation entourant les Shamser - des Jaguar construits sous licence en Inde -, disposant cette fois d’une capacité de vol nocturne et utilisés autant dans les missions de frappe antinavires que dans le renforcement des compétences de HAL en matière de construction aéronautique. Force est en effet de constater que l’Inde a fait des progrès depuis la mise en service des Marut, des Kiran et des Ajeet.

En plus du leasing de 4 Tu-22M3 Backfire en 2001, un programme d’appareils de surveillance maritime a également été lancé, tandis que l’Inde finalisait l’achat d’appareils d’entraînement avancés Hawk. Au programme Su-30MKI (140 de ces appareils seront construits en Inde) s’ajoute l’achat de 10 Mirage 2000D et celui de 15 Mirage 2000-5 qataris. Au plan naval, l’accord de leasing/achat avec la Russie de deux sous-marins Akula II a été conclu au terme de deux ans de négociations. Les forces terrestres ont quant à elles bénéficié de 310 chars de combat T-90 et de 400 canons Bofors.

Par ailleurs, l’Inde et Israël développent un haut degré de coopération militaire. Tel Aviv a ainsi vendu deux appareils de détection aérienne avancée Phalcon à Delhi, pour un montant d’un milliard de Dollars. La coopération aurait également pu concerner le domaine des antimissiles, les Israéliens ayant proposé leur système Arrow avant que les Américains ne fasse pression et que Delhi ne semble abandonner le projet. Par ailleurs, les Indiens avaient également considéré les systèmes SA-12 Giant/Gladiator, le SA-10 Grumble et le Patriot PAC-3, activement promu par Washington mais par rapport auquel aucune décision n’a encore été prise. Le développement du missile antiaérien de moyenne portée (27km) Akash se poursuit également. Devant remplacer les SA-6 Gainful, le système sera monté sur un châssis de BMP-1 et sera associé au radar Rajendra. Une version de localisation/contre-batterie de ce dernier serait également en cours de développement.

Des développements majeurs sont en cours de maturation dans le domaine de la missilerie. Ce 21 décembre 2004, l’Inde a testé pour la première fois et avec succès la version terrestre du missile de croisière BrahMos à propulsion solide. Supersonique (il disposerait d’une vitesse de Mach 2), le missile a une portée de 290km et emporte une charge de 200kg. Devant entrer en service dans 15 mois selon Defensenews dans les forces armées russes et indiennes - il a été développé au sein de la joint venture BrahMos Aerospace composée du DRDO indien et du russe NPO Mashinostroyenia - cet engin de 3 millions de Dollars/pièce devra encore subir deux douzaines de tests. Considéré comme un succès total par les officiels indiens, ce test ouvre la voie au déploiement de l’engin dans des versions à lancement terrestre, naval et aérien. Le tir réussi correspond à la visite en Chine, du 22 au 29 décembre, du chef d’état-major de l’armée indienne, Nirmal Chandra Vij, en réponse à la visite à New Delhi, en mars, du ministre chinois de la défense, Cao Gangchuan.

L’Inde poursuit également son programme de développement d’une dissuasion en bonne et due forme. C’est ainsi qu’elle a testé le 27 octobre - soit 15 jour après le test d’un missile Ghauri par le Pakistan - la version navale du missile balistique Prithvi III. D’une portée de 300km, il peut emporter une charge nucléaire sub-kilotonnique (dans l’attaque de formations blindées/mécanisées) ou encore des charges conventionnelles incendiaires ou à fragmentation. Le missile fait partie d’un programme intégré, l’Integrated Guided Missile Development Program (IGMDP). Ce dernier comprend, outre le Prithvi III :

- le Prithvi I, de 150km de portée et ayant une charge utile d’une tonne est destiné à l’armée de terre ;
- le Prithvi II est destiné à l’Indian Air Force et a une portée de 250km pour une charge de 750kg

Les trois engins disposeraient de quatre types de charge :

- une tête pré-fragmentée ;
- une tête à sous-munitions Dual Purpose Improved Conventional Bomblet pour le traitement anti-personnel/anti-matériel de formations blindées/mécanisées (les bombelettes sont létales dans un rayon de 10m autour de l’impact) ;
- La tête Runway Denial Penetrating Submunition, qui est destinée à la destruction des pistes, mais aussi de complexes administratifs et de bâtiments industriels.

Après les essais nucléaires de 1998, et malgré les assertions de New Delhi selon lesquelles les missiles ne seraient destinés qu’à des missions de frappe conventionnelle, plusieurs observateurs estiment cependant que les Prithvi pourraient être équipés en cas de besoin de têtes nucléaires. Ce serait surtout le cas pour la version navale. Mais le programme comporte également la série des missiles Agni, développés à partir de 1983 :

- l’Agni I, d’une portée de 700km et qui a connu un troisième test le 4 juillet 2004. Il aurait une ECP de 25m ;
- l’Agni II a été testé avec succès le 29 août 2004. D’une portée de 2.500km et qui est capable d’emporter une charge nucléaire d’une masse d’une tonne. Comme le précédent, le missile est mobile (le dernier test a été conduit depuis un wagon adapté)
- les tests de l’Agni III ont été reportés à plusieurs reprises, suivant les pressions de l’administration américaine. L’engin devrait avoir une portée d’environ 3.000km.

Soulignons encore que l’Inde se montre soucieuse de ses capacités de commandement et de contrôle. Une étude publiée cette année montre ainsi qu’en cas de frappe pakistanaise, elle ne disposerait que de 190 secondes pour initier une réaction, dans le cas d’un missile à trajectoire dépressive d’une portée de 600km et qui aurait été détecter par un radar Green Pine israélien. Dans le même temps, l’Inde se montre intéressée par le système de navigation satellitaire Galileo et maintien des contacts proches avec la Russie, dans le but de maintenir le système GLONASS de cette dernière. Elle a en outre mis en service son premier satellite strictement militaire, qui serait affecté aux télécommunications.

Il nous reste toutefois à souligner que les investissements indiens, soutenus par une forte croissance économique, doivent encore effectivement être intégrés dans les forces indiennes. Si les résultats de la force aérienne contre des F-15 américains au cours des exercices Cope India, en février 2004 sont remarquables - les Su-30 indiens ont ainsi quasi-systématiquement éliminé les appareils américains au cours des DACT conduits au cours de l’exercice - plusieurs commentateurs se posaient la question de savoir si elle devait disposer ou non d’une doctrine. Dans le contexte stratégique propre à l’Inde, on comprendra la nécessité d’une réelle doctrine.

D’autres observateurs soulignaient encore la forte sensibilité indienne aux investissements de prestige, sans que ceux-ci ne soient nécessairement considérés comme des instruments opérationnels, avec ce que cela peut recouvrir en termes d’entraînement, de manœuvres combinées et de formations poussées. Cependant, on peut considérer que l’Inde est effectivement - et dans la foulée des déclarations politiques envisageant sa montée en puissance dans la région autant que dans le cadre d’un rapprochement avec les Etats-Unis consécutivement au 11 septembre - en train de mener un build-up relativement agressif de ses forces, tant qualitativement (soulignons que de nombreux matériels étaient démodés) que quantitativement.