Skip to content

Accueil > Publications > Ouvrages des membres de l’IFAS > La nouvelle géopolitique, un livre de François Géré

La nouvelle géopolitique, un livre de François Géré

lundi 21 mars 2005, par IFAS

La géopolitique connaît en alternance des phases d’immobilité et de mouvement. Durant la guerre froide la bipolarité, le système des blocs et la dissuasion nucléaire ont figé une situation dont le mur de Berlin a été le symbole. Le mur tombé, l’union soviétique disparue, la géopolitique est entrée dans une phase de dynamisme sans précédent. Désormais, par effet de mondialisation et en raison de la capacité planétaire des États-Unis rares sont les points du globe qui demeurent à l’écart de la compétition retrouvée en guerre et paix.

Eclatement de la République fédérale de Yougoslavie, entrée des pays d’Europe centrale dans l’Alliance atlantique et dans l’Union européenne, basculement de l’Ukraine hors de la sphère d’influence russe : la géopolitique européenne enregistre des mutations sans précédents. L’agression du 11 septembre 2001 a conduit les États-Unis à s’engager dans une entreprise mondiale de "guerre contre le terrorisme" qui après avoir touché l’Afghanistan et l’Irak affecte le Liban, la Syrie et l’Iran. Le Moyen-Orient du pétrole et des complots est d’ores et déjà entré dans une ère nouvelle. Plus pacifiquement, la Chine immense et populeuse connaît cette fois pour de bon la croissance économique, suscitant les convoitises et les craintes. Jusqu’où va s’étendre sa puissance géopolitique ? Fortement préoccupé par la prolifération nucléaire de la Corée du Nord, le Japon, silencieusement, s’interroge sur l’avenir de sa sécurité.

Seule l’Afrique reste constante dans le tragique : guerre, famine, épidémie : Congo, région des grands lacs, Côte d’Ivoire, Sierra Leone, Darfour : le spectre du génocide hante ces espaces riches de pierres précieuses et de minerais stratégiques.

Dans ces conditions quelle stratégie de paix peut-on conduire ? A-t-elle seulement des chances ?

Comme la guerre, la paix a évolué. Elle aussi dessine une géographie, certes moins connue, moins spectaculaire mais bien réelle. Après les désillusions de la paix universelle et de la « guerre hors-la loi » qui a marqué l’utopisme du XXème siècle, on a vu se développer une conception plus pragmatique, recourant à des actions moins ambitieuses mais plus concrètes. Par opposition au vieux cynisme de la « realpolitik », ce petit guide présente au lecteur les voies et les méthodes d’un « realpacifisme » qui travaille à l’instauration progressive d’une paix durable.


La nouvelle géopolitique, Larousse, Collection : Petite encyclopédie Larousse, 128 pages.