Skip to content

Accueil > Publications > Dans les médias > Une souveraineté choisie, oui. Mais sommes-nous prêts à en payer le prix (...)

Une souveraineté choisie, oui. Mais sommes-nous prêts à en payer le prix ?

samedi 8 février 2020

« Une souveraineté choisie, oui. Mais sommes-nous prêts à en payer le prix ? », interview de François Géré, Atlantico.fr, 8 février 2020.

Atlantico : Emmanuel Macron a prononcé vendredi un discours présentant sa stratégie militaire. Lors de ses premiers voeux aux armées, en janvier 2018, il avait déjà déclaré que "la dissuasion fait partie de notre histoire, de notre stratégie de défense et elle le restera”. Dans un monde tourné d’abord vers la bataille technologique, quel sens la dissuasion nucléaire prend-elle aujourd’hui ?

François Géré : Depuis un demi-siècle la vitesse du progrès technologique s’est considérablement augmentée. Le développement de l’électro-informatique a transformé tous les secteurs de l’activité civile et militaire. L’utilisation de la guerre électronique, de l’espace avec les satellites de télécommunication et d’observation, les développements de l’utilisation du cyber espace bouleversent la production des systèmes d’armes tandis que la numérisation du champ de bataille transforme la conduite des opérations terrestres. Les plates formes de combat sont maintenant interconnectées et interactives en temps réel. C’est ce que l’on a appelé la « révolution dans les affaires militaires ». Aujourd’hui l’information-communication constitue le facteur clé pour obtenir la supériorité sur l’adversaire en prenant l’ascendant sur son système de commandement-contrôle-communication et ses capacités de renseignement. Mais il s’agit de guerre classique avec des moyens conventionnels. Les forces nucléaires consacrées, en France, à une stratégie de dissuasion, doivent pour rester efficaces et crédibles procéder à une modernisation permanente afin, en particulier, d’assurer la sûreté et la rapidité des transmissions entre l’autorité décisionnelle (le Président) et les commandements des composantes sous-marines et aériennes qui sont les vecteurs de la force de dissuasion. Les Etats-Unis disposent d’une avance technologique importante mais toutes les puissances s’efforcent de réduire autant que possible l’écart. Cela suppose des investissements élevés auxquels ne peuvent faire face que quelques Etats.