Skip to content

Accueil > Publications > État de la recherche stratégique > Le porte-avions Charles de Gaulle et son Groupe aérien embarqué

Le porte-avions Charles de Gaulle et son Groupe aérien embarqué

lundi 21 novembre 2005, par Philippe Wodka-Gallien

Philippe Wodka-Gallien propose une analyse du dernier ouvrage de Jean-Michel Guhl.

Ce nouveau livre constitue une référence à tous points de vue, en ce sens qu’il n’est pas un catalogue de belles photos de plus. Soulignant certes la majesté du navire amiral de la Marine nationale et de son fer de lance, le Rafale, l’ouvrage se présente en fait comme une véritable analyse de la place des porte-avions dans les politiques de défense et de la stratégie navale. Pour son auteur, cet instrument a su prendre le tournant stratégique du 11 septembre en conduisant des opérations loin de la métropole sur une vaste palette de situations de crise, y compris la lutte anti-terroriste. Tel était l’objectif de Jean-Michel Guhl, Secrétaire général de l’Association des Journalistes de Défense, en entreprenant cet ouvrage.

Offrant ici une réalisation professionnelle totalement aboutie réunissant responsables politiques, états-majors, industriels et universitaires - l’auteur a su parfaitement associer des textes ciselés à une maquette très efficace, valorisant en toute occasion les technologies françaises intégrées au Charles de Gaulle. Rendant hommage aux meilleurs auteurs (notamment Hervé Coutau-Bégarie), la bibliographie du livre est là aussi pour souligner la démarche universitaire de l’entreprise.

S’ouvrant sur une préface de Michèle Alliot-Marie, Ministre de la défense, le livre se poursuit par une vision percutante de la dissuasion du Sénateur Serge Vinçon, Président de la commission de la défense du Sénat. Illustrées de superbes photos (que l’on doit pour beaucoup à Jean-Michel Guhl), ces 400 pages ne sont pas de trop en fait pour décrire en détail tous les appareils embarqués à bord (Rafale, Super Etendard, E-2C Hawkeye, hélicoptères), la totalité des unités de l’Aéronavale, ainsi que l’ensemble de l’environnement du bâtiment : frégates, ravitailleurs, sous-marins, avions de patrouille maritime. Côté armement, Exocet, ASMP, Scalp, A2SM, Aster, etc, tous sont exposés, l’occasion de découvrir ici quelques documents inédits. Mais, le livre se veut aussi un livre d’histoire militaire : on lira donc avec plaisir le chapitre consacré à l’Aéronavale française à travers le XXème siècle. La coopération interalliée menée autour du CDG n’a pas non plus été oubliée, une dimension traitée à travers notamment la coopération opérationnelle franco-britannique et la création de l’Euromarfor.
Conscient de l’importance de la maîtrise de l’information en opérations, l’auteur nous invite aussi à découvrir la contribution des satellites à l’action du groupe aéronaval, la guerre électronique et les architectures info-centrées en réseaux. Observateur attentif de notre défense, Jean-Michel Guhl explique également en quoi un porte-avions se distingue clairement des navires amphibies porte-aéronefs type BPC qui s’avèrent en fait complémentaires. Il n’oublie pas non plus l’avenir avec au sommaire UCAV, ASMP-A, Exocet Block-3, Galileo, Hawkeye 2000, les porte-avions futurs, et un focus sur le PA2.

En refermant ce livre magnifique, on retiendra que le Charles de Gaulle et son Groupe aérien constitue désormais un instrument totalement rodé, un outil au service de la posture stratégique de la France qui n’attend plus qu’un alter ego pour donner sa pleine cohérence à sa politique de défense et à sa diplomatie.

Jean-Michel Guhl, Le porte-avions Charles de Gaulle et son Groupe aérien embarqué), Paris, Editions SPE Barthélémy, 2005, 400 pages.