Skip to content

Accueil > Recherche > Moyen-Orient et monde arabo-musulman > La crise iranienne > La déclaration peu diplomatique de Philippe Douste-Blazy a l’endroit de (...)

La déclaration peu diplomatique de Philippe Douste-Blazy a l’endroit de l’Iran : Ecart de langage ou propos délibéré ?

lundi 6 mars 2006, par David Rigoulet-Roze

Pour la première fois depuis le début de la crise du nucléaire iranien, le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a affirmé le 16 février dernier alors qu’il était l’invité de l’émission les « Quatre-Vérités » sur France 2 que le programme nucléaire de Téhéran était « militaire et clandestin », rompant avec le langage diplomatique de rigueur et semblant se rapprocher de la position plus dure des Etats-Unis.

Pour la première fois depuis le début de la crise du nucléaire iranien, le ministre français des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a affirmé le 16 février dernier alors qu’il était l’invité de l’émission les « Quatre-Vérités » sur France 2 que le programme nucléaire de Téhéran était « militaire et clandestin », rompant avec le langage diplomatique de rigueur et semblant se rapprocher de la position plus dure des Etats-Unis. C’est aussi la première fois qu’un haut responsable européen, membre de la troïka (Grande-Bretagne, France, Allemagne) chargée depuis trois ans de négocier avec Téhéran, accuse aussi ouvertement l’Iran de chercher à acquérir la bombe. « Aujourd’hui c’est très simple : aucun programme nucléaire civil ne peut expliquer le programme nucléaire iranien. Donc, c’est un programme nucléaire iranien militaire clandestin », a déclaré le chef de la diplomatie française. Désormais « c’est au Conseil de sécurité de dire ce qu’il entend faire, quels moyens il entend se donner pour arrêter, gérer, terminer cette crise terrible de la prolifération nucléaire, due à l’Iran, de manière unilatérale », a conclu le ministre des Affaires étrangères français. Quelques heures plus tard, son homologue britannique, Jack Straw, semblait en quelque sorte s’aligner sur lui : « Je crois que ma position est la même que celle de M. Douste-Blazy, parce qu’avec les ministres des Affaires étrangères français et allemand nous travaillons très, très étroitement ensemble sur cet important dossier ». Certains esprits mal intentionnés évoquent l’hypothèse d’un écart de langage dont le ministre des Affaires étrangères serait coutumier. Rien n’est moins sûr. D’abord, parce qu’interrogée sur le fait que pour la première fois le ministre avait abandonné le conditionnel pour affirmer que le programme nucléaire iranien était à but militaire, l’une des porte-paroles du ministère des Affaires étrangères, Agnès Romatet-Espagne, en sa qualité de Sous-Directrice de la Presse, a réitéré le constat de ce que « les activités nucléaires sensibles menées actuellement en Iran en matière de conversion et d’enrichissement faisaient douter de leur nature pacifique et civile ». La déclaration du ministre, assurait-on au Quai d’Orsay, « c’est la même position exprimée d’une autre manière ». Ensuite et c’est sans doute le plus important, il n’y a eu aucune réaction de désaveu affiché de la part de l’Elysée, ce qui laisse à penser qu’elle est susceptible de constituer le reflet de la pensée présidentielle en la matière. D’où certainement les réactions indignées de l’Iran. « Je suggère à M. Douste-Blazy d’employer un ton diplomatique et d’éviter d’alimenter la tension en formulant de tels propos », a immédiatement répliqué le chef des négociateurs iraniens sur le nucléaire, Ali Larijani. « Ses mobiles pour tenir de tels propos ne sont pas clairs à nos yeux », a ajouté Larijani à l’antenne de la télévision d’Etat iranienne (IRIB-Islamic Republic of Iran Broadcasting). Comme la loi du genre diplomatique l’impose, à la mi-journée, le ministère des Affaires étrangères a néanmoins cherché à désamorcer ce qui pouvait passer pour une escalade verbale. Philippe Douste-Blazy « n’a fait que rappeler la position bien connue de la France sur le sujet », a assuré lors d’un point de presse le porte-parole du Quai d’Orsay, Jean-Baptiste Mattei, en sa qualité de Directeur de la Communication et de l’Information. « Nous n’avons jamais refusé à l’Iran le droit à un programme nucléaire civil et d’avoir des activités compatibles avec un tel programme », a-t-il ajouté. Cependant, « il se trouve que les activités nucléaires sensibles menées actuellement en Iran en matière de conversion et d’enrichissement font douter de leur nature pacifique et civile », a souligné Jean-Baptiste Mattei. Une manière d’amender la forme mais sans rien changer sur le fond du propos du ministre, même si le Président de la République a quelque peu euphémisé le propos de son ministre des Affaires étrangères. « La position de la France n’a absolument pas changé » sur le dossier nucléaire, a assuré le 18 février dernier Jacques Chirac alors qu’il était interrogé à Bangkok sur les propos de son ministre des Affaires étrangères. « Vous n’imaginez pas qu’il puisse y avoir au sein du gouvernement divergence de vues », a-t-il dit, alors qu’on lui demandait s’il partageait la position de son ministre. « Il n’y a pas de changement du tout de la position de la France », a-t-il affirmé. Elle « tient (...) au respect que nous souhaitons des exigences exprimées à juste titre par l’AIEA ». Alors quelle conclusion en tirer ? Sans doute que Paris entend prendre date, au vu de l’intransigeance affichée de l’attitude iranienne actuelle, avant le point de non-retour qui pourrait être franchi à la faveur de la remise prévue pour le 6 mars prochain du rapport de l’AIEA sur l’état du nucléaire iranien, qui ouvrirait la voie à l’adoption d’éventuelles sanctions internationales dans le prolongement d’une saisine du Conseil de Sécurité de l’ONU. Il n’est pas inutile, à cet égard, de rappeler la teneur de la déclaration sur la « non-prolifération des armes de destruction massive » lors de la réunion du G8 à Evian les 1, 2 et 3 juin 2003, soit avant les début des négociations de la troïka européenne avec l’Iran. En son troisième point, il était fait état de la disposition suivante indirectement adressée à l’Iran : « Nous disposons d’une gamme d’outils pour faire face à cette menace (de la prolifération des armes de destruction massives) : des traités internationaux ; des mécanismes d’inspection tels que ceux de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques ; des initiatives pour éliminer les stocks d’armes de destruction massive telles que le Partenariat mondial du G8 ; des contrôles à l’exportation coordonnés à l’échelle nationale et internationale ; des actions diplomatiques et de coopération internationale ; et si besoin, d’autres mesures prises conformément au droit international ».